Loading
Patrick devant le phare de la Pointe aux Canons

Patrick, portrait en trois couleurs

Avec Laviesurlecaillou je me donne une chance incroyable, que je partage avec vous: celle de rencontrer sous un autre angle les gens qui constituent la population de Saint-Pierre et Miquelon. Je crois profondément que chaque personne a son côté extra-ordinaire, alors … j’explore !

Quand j’ai pensé à Patrick, photographe amateur bien connu sur l’archipel, eh bien … c’était pour qu’il me parle de sa passion pour la photographie. On le voit beaucoup tout l’année avec son appareil photo et il publie régulièrement ses plus beaux clichés qui font le tour de la facebookosphère locale. L’homme est discret et très sympathique, un bon sujet d’article pour une blogueuse qui débute !

Bilan: on a parlé de plein de choses passionnantes et assez peu de photographie. Patrick m’a livré un portrait de lui tout en bleu blanc rouge ??

Bleu, l’océan

Une statue de Marin, face à la mer et face à la pleine lune
Le Marin du Square Joffre photo P. Allain

Comme la mer. Les vagues, les bateaux, oui ok, ça fait de belles photos… C’est inspirant. Bon.

« Mais tu sais, un des souvenirs les plus marquants de ma vie, est lié à la mer : quand j’avais 12 ans, mon père qui était pêcheur, m’a emmené faire le dernier voyage de la saison sur la Normande (un chalutier). C’était en juin, on est resté parti 12 jours » raconte Patrick. Excusez du peu !

Trois chalutiers à quai
La Normande

Il se souvient de l’odeur du poisson présente partout sur le chalutier. Du mal de mer, les premiers jours, alors qu’ils essuyaient un gros coup de vent. Les vapeurs de mazout qui prenaient à la gorge et le métal humide et froid. A cette époque les marins gagnaient très bien leur vie, Patrick aurait pu être sensible aux chants des sirènes … mais finalement cette immersion l’a convaincu que le Grand Métier  ne serait pas pour lui.

Le père de Patrick n’avait pas envie qu’il marche sur ses traces, c’était un métier dur et déjà à l’époque, au début des années 80, on savait que l’activité irait sur le déclin. Alors est-ce que c’est pour dissuader son fils de s’orienter vers cette voie ou au contraire, pour lui montrer de l’intérieur la réalité de ce métier qui allait disparaitre ? Difficile à dire, sûrement un peu des deux.

Encore aujourd’hui Saint-Pierre et Miquelon, dans l’imaginaire collectif, est associé à la pêche à la morue hauturière, cependant ce qu’on appelle la Grande Pêche, ce que Patrick a connu, n’existe plus vraiment chez nous mais des nouvelles avancées très récentes pointent le bout de leur nez – affaires à suivre. Cette période est toujours bien vivante dans le souvenir de ceux qui l’ont vécue. Sachez qu’il reste toujours un navire de pêche à l’usine de Miquelon et des unités plus petites, à Saint-Pierre et à Miquelon.

Blanc, la neige

Un engin déneige une rue
En pleine action photo P. Allain

Au lieu des creux et des vagues, Patrick a préféré un de ces métiers qui fera toujours briller les yeux des petits garçons : il est conducteur de très grosses machines. L’hiver, il est « déneigeur », enfin, je pense qu’on dit plutôt « agent préposé au déneigement« ….

Finalement… il vogue sur les flots blancs:  » Le déneigement; j’adore vraiment ça. On avance sur des routes couvertes de neige immaculée, personne n’est passé avant nous, c’est splendide. Et puis notre rôle est primordial : on aide vraiment les gens; sans nous bien souvent les usagers seraient coincés chez eux ». Partir en pleine tempête de neige à 3 heures de matin c’est ça qui le met de bonne humeur.  Se rendre utile et servir les gens, quand Patrick en parle, c’est évident que ça le rend heureux.

« Quand on est dans la cabine de notre engin, on est dans un autre monde : il fait chaud (c’est pour ça qu’ils sont toujours en t-shirt même par -15°), on écoute la radio, et on ouvre les routes… On s’assure que les véhicules d’urgence pourront aller partout où ça pourrait être nécessaire. Moi j’ai le secteur de l’aéroport et je dois m’assurer que la structure est accessible tout le temps. » Il était d’ailleurs dans l’équipe d’intervention quand le ministre Victorin Lurel est venu sur l’archipel en février 2013 (quelle idée !). En guise de cortège vers l’aéroport, il n’avait pas eu des motards mais des déneigeuses. Je suis certaine qu’il s’en souvient encore !

Rouge, l’automne

La petite végétation rase de Saint-Pierre prend les couleurs de l'automne
La saison des couleurs photo P. Allain

  

Quand je demande à Patrick quelle est sa saison préférée,… le photographe reprend le dessus !

 » Ce n’est pas toujours facile à dire, tu sais bien comment c’est ici … on a parfois les quatre saisons dans une journée :  on s’en va le matin en t-shirt et on revient en manteau ». C’est ça Saint-Pierre et Miquelon, le climat peut-être extrêmement changeant. Ou pas du tout.

gros plan de feuilles rouge vif
Feuillage écarlate
photo P. Allain

Il n’y a pas moments de l’année plus étonnants que les fins d’après-midis d’automne. Les couleurs folles de septembre/octobre, la lumière, les nuages, les arc-en-ciels …tout ça crée une ambiance vraiment spéciale. Ça met de la magie dans l’air ! Comme une image vaut mille mots, surtout pour parler des couleurs, allez donc voir  ce très joli diaporama sur le site du Musée de l’Arche pour vous en convaincre.

Et son endroit préféré sur l’archipel ? l’Île aux Marins. D’ailleurs juste après notre entretien il s’apprêtait, avec son épouse Sophie à partir passer la soirée chez Vicky et Nono à l’Ile.

L’île aux Marins + automne + chez des amis … le comble du bonheur, croyez-moi !

C’est chouette les gens heureux.

 

Si cet article vous a plu, vous aiderez beaucoup laviesurlecaillou en le partageant. Merci 🙂

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :