Loading
Marie-Thérèse, la dame de coeur

Marie-Thérèse, la dame de coeur

J’ai voulu vous présenter Marie-Thérèse, une femme de Saint Pierre et Miquelon qui a deux des qualités fondamentales que l’on retrouve fréquemment dans notre population: générosité et altruisme (oui oui !). On  dit souvent qu’ici sur l’archipel,  on est une grande famille. Certes, l’individualisme peut avoir tendance à prendre le dessus, mais quand même … les valeurs qui ont fait notre inconscient collectif sont toujours là (on y reviendra dès le mois prochain avec le Téléthon) Quand on parle avec Marie-Thérèse on se rend compte à quel point ces valeurs sont précieuses : il faut faire attention à ne pas les laisser disparaitre dans la marée d’indifférence qui menace nos sociétés modernes. (Oh … voilà que je deviens lyrique !)

En musique et en bonbons

La vie de Marie-Thérèse a commencé sous les meilleurs auspices : parmi les bonbons !

Ses grands-parents maternels, les de la VilleFromoy tenaient un petit commerce à Saint-Pierre, pas très loin de la Pointe aux Canons (là où l’association Restons chez Nous a ses locaux, rue Emile Sasco). Ils y vendaient de l’épicerie, de la mercerie, et surtout, ils avaient un grand rayon de confiserie.

” Quand j’y repense j’en garde un superbe souvenir ! ” confie-t-elle. Bocaux de pâtes d’amandes, chocolats, bonbons au détail, dragées, … Marité et la Chocolaterie ! Représentants de la prestigieuse Maison Jacquin et des Chocolats Poulain, entre autres, ses grand-parents avaient bon goût et déjà à l’époque les gens de l’archipel avaient à leur disposition d’excellents produits. C’est toujours le cas, mais on a toujours tendance à penser que nous vivons mieux maintenant qu’il y a 50 ans. Ce n’est pas vrai du tout ! les gens de l’archipel ont toujours su se faire approvisionner par les meilleurs fabriquants français. Peu importe la distance, ils ont toujours voulu, et obtenu, le meilleur. Les marchandises mettaient du temps pour arriver, mais ici, on est patient. C’est aussi grâce à tous ces commerçants raffinés et exigeants que nous avons su rester ce que nous sommes : des Français en Amérique du Nord.

Marie-Thérèse a eu une autre fée dans sa jeunesse : sa grand-mère paternelle, Mme Busnot, propriétaire du Joinville, restaurant-bar-salle de danse. Un endroit où on “socialisait”. Aujourd’hui on dirait qu’elle était le DJ du club ! ” J’animais les bals : je m’occupais de la programmation musicale. J’ai aimé tout de suite le contact avec les gens, je crois que c’est ça qui m’a donné ensuite le goût d’une carrière professionnelle dans le milieu social”.

Une femme de Saint Pierre et Miquelon, attentive aux autres

Elle est donc tombée dedans quand elle était toute petite !

Le Phare de la Pointe aux Canons
Juste à côté de chez Marie-Thérèse dans son enfance … Le Phare de la Pointe aux Canons Photo LVC

C’est effectivement une carrière au service des gens que Marie-Thérèse a choisi : elle s’est vue attribuer un poste où elle faisait office d’assistante sociale, dès la fin des années 60. Ce métier a une dimension toute particulière ici. Sur nos petites îles on se connait tous plus ou moins et si on ne se connait pas personnellement, on se “situe” les uns les autres. Dans ce contexte les carrières sociales sont très exigeantes. Il faut être capable d’inspirer confiance et de garantir une confidentialité absolue aux personnes qui ont besoin d’être aidées.  Marie-Thérèse a une vraie chaleur humaine et des qualités d’écoute qui ont fait qu’elle a exercé son métier avec coeur bien que “parfois au

Le Phare de la Pointe aux Canons Saint-Pierre et Miquelon
Le Phare de la Pointe aux Canons Photo LVC

détriment de la vie personnelle.  C’était un travail très prenant.” reconnait-elle.

En dehors, pour se détendre, Marie-Thérèse faisait… du bénévolat ! “J’ai consacré beaucoup de temps aux autres, et ça a été un enrichissement sur le plan personnel”. Il faut croire qu’elle a très bien su gérer tout ça puisque sa fille Véronique a choisi une voie professionnelle similaire. S’intéresser et aider les autres, c’est de famille, quoi.

Son secret pour que ça dure ? être capable de déconnecter.

Plein air !

Pour chasser le stress Marie-Thérèse a sa méthode :  ” Les cueillettes !”

J’en ai parlé souvent ici mais il faut comprendre que pour les habitants de l’archipel, être proche de la nature et profiter de ce qu’elle nous donne c’est un Art de Vivre. Nous cueillons ou chassons ou pêchons (ou les

un groupe de chasseurs avec leurs chiens, à Saint-Pierre et Miquelon
Chasseurs sur la neige Photo Marie-Thérèse P.
deux femmes et quatre enfants pique-niquent
Pique-nique cueillette en famille Photo Marie-Thérèse P.

trois ensemble)  presque tous. On aurait pu prendre “Chasse, Pêche, Nature et Traditions” comme slogan pour notre population mais c’était déjà pris …

“L’environnement est bien agréable ici, nos espaces naturels sont bien protégés. Quand j’étais plus jeune nous faisions des sorties cueillette en famille qui se terminaient par de grands pique-niques. Maintenant c’est avec mon mari, adepte des cueillettes et passionné de chasse, que je passe du temps dans la nature. Nous avons une maison secondaire à Garnish, sur la côte Sud de Terre-Neuve. Il y a aussi beaucoup de cueillettes à faire là-bas, énormément de bleuets !”.

On a tous des envies de nature sauvage, et nous n’avons qu’à tendre la main ou faire un pas de côté pour y être plongés.

Voilà aussi pourquoi, c’est vraiment bien, la vie à Saint-Pierre et Miquelon.

 

Vous aiderez beaucoup laviesurlecaillou.com en partageant cet article et en vous abonnant au site. C’est gratuit !

Merci de votre soutien !

2 comments

  1. Bravo pour la nouvelle présentation des courriels nous avisant de nouveaux articles, ainsi que pour la typographie de l’article, me semblant elle aussi nouvelle, et plus agréable.

    Par contre, j’ai reçu deux courriels m’avisant de ce nouvel article. Avec l’information via FACEBOOK, j’ai donc été avisé trois fois. Cela me rappelle un informaticien qui disait : “Mieux vaut recevoir une information trois fois que ne pas l’avoir du tout.” 🙂

    Merci pour ces fréquents articles.

  2. Merci pour votre vigilance sans faille cher Didier. J’ai effectivement utilisé une nouvelle extension pour l’envoi des notifications pour un nouvel article. Ça prend de plus en plus la forme d’une infolettre avec à terme du contenu qui n’ira pas sur le site mais qui sera uniquement pour les abonnés au site. Nouveauté peut quelque fois rimer avec petit couac et c’est ce qui ne vous a pas échappé ! Le programme prend maintenant quelques heures pour livrer les message mais se garde bien de nous prévenir à l’avance, j’ai donc effectué l’envoi deux fois. Mais si j’avais écrit une troisième fois pour dire qu’il y avait eu une erreur ça aurait fait vraiment trop non ?….

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :