Loading
fil avril

Hommage au fil d’Avril

avril
Le 6 avril

J’aime les héros discrets.

Ceux qui passent inaperçus mais qui parfois, presque malgré eux, se glissent dans la lumière, pour un petit moment de gloire … Trois petits tours et puis s’en vont.

En ce mois d’avril, je veux rendre hommage à ce petit rien à qui l’on prête pourtant une puissance redoutable.

A cette toute petite chose qui sera la vedette d’avril pour retomber dans l’oubli dès le 1er mai.

A celui qu’on dote de pouvoirs quasi paranormaux, uniquement le quatrième mois de l’année.

A celui dont l’absence ferait courir un risque considérable à nos corps déjà affaiblis par un hiver teigneux.

A celui dont le maintien vigilant nous protégera de la peste et du choléra en pleine tourmente climatique.

Vous l’aurez reconnu : je veux rendre hommage AU FIL DU MOIS D’AVRIL !

Halte à la désinvolture ! Haro sur l’insouciance printanière ! Restons mobilisés et protégeons-nous du froid ! Sur tous les tons on nous le serine : “En avril, ne te découvre pas d’un fil”. Qui oserait mettre en doute une sagesse proverbiale éprouvée par des générations et des générations d’enrhumés regrettant leur garde-robe devenue trop frivole à la faveur du calendrier. Oui le printemps c’est bien le 20 mars dans l’hémisphère nord, mais qui vous a dit qu’il faisait chaud à partir de cette date ?

Prudence étant mère de sureté, voilà un conseil qui devra être suivi aveuglement.

Oui mais.

Parce qu’il y a un mais.

De quel fil parle-t-on ?

  • de coton, omniprésent sur la planète
  • d’acrylique, désolée, mais c’est un peu cheap
  • de laine d’agneau Woolmark, chaud mais qui bouloche et qui gratte
  • de cachemire, vraiment trop cher
  • d’angora, mon préféré, tellement doux,
  • de Téflon si on veut une protection maximale et respirante !

De quelle matière est le fil qui nous protégera le plus efficacement ? Comment bien le choisir ? Le proverbe ne le dit pas et il y a là un regrettable manquement que je tiens à souligner. Moi j’aurais aimé savoir si les fils étaient tous égaux ou s’il y a des fils “plus égaux que d’autres”. Nous sommes couverts de dizaines de sortes de fil, et pourtant pas un seul ne doit manquer à l’appel. Des inspections surprises auront lieu. Les contrevenants auront le nez qui coule et la gorge qui picote. Ils ne viendront pas se plaindre, merci d’avance, on les avait prévenus.

fil avril
Euh … finalement je préfère la version masculine

Attendez, ce n’est pas tout !!! Quid du fil du string ?

Il fait pourtant tout pour se faire remarquer celui là. Il fera une éclatante apparition quelques semaines après le fil d’avril, entre les fesses bronzées des belles de ce monde. J’en conviens, se départir de ce dernier ne laisserait plus grand place au mystère alors que le fil d’avril, lui, implique quand même un reste de couverture bienséante. Le fil d’avril est bien plus respectable que le fil du string ! Un point de plus en sa faveur !

Pourtant je m’inquiète :  à l’heure du numérique et du digital, en ce monde de 2018 où tout est sans-fil quel avenir prédire au fil ?

N’avons-nous pas à craindre qu’il tombe en désuétude ? Que dirons-nous à nos petits enfants quand ils nous demanderont, une fois le réchauffement climatique avéré : ” Dis mamie, c’était quoi un fil ? ” … Le progrès risque de rendre inaudible ce proverbe pour des générations futures qui se trouveront alors exposées aux coups de froid printaniers.

Je vous laisse y méditer.

Allez… encore quelques jours et tel Bulôt qui va flamber brulé sur le quai (si vous n’êtes pas de Saint-Pierre et Miquelon vous ne pouvez pas comprendre cette phrase), le fil d’avril va se trouver remisé dans les tiroirs à la faveur de l’euphorie du 1er mai. “En mai, fais ce qui te plait” …. comment rivaliser ?

One comment

  1. Chic, alors : depuis l’apparition de “L’heure de l’Est”, je craignais la disparition de “La vie sur le caillou”. Il se trouve que c’est ce jour, où j’y trouve un nouvel article, que j’ai fait une autre “découverte”. Le “journal” “La vie sur le caillou” est cité dans la version française de l’article de Wikipedia au sujet de l’archipel, mais pas dans sa version allemande.

    A part cela, j’applique la devise “En avril, ne te découvre pas d’un fil”. Dans l’est de la métropole aussi, ce mois peut surprendre, par les différences entre les températures matinales et vespérales. En conséquence, préférant sortir le matin, je ne me découvre (presque) pas.

    Merci pour cette reprise, ou continuation.

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :